Soutenez le PS

Adhérez au PS

Bi nationalité : Portrait franco polonais

Olivier Baumard, franco-polonais

Né à Rennes (France)

Résidant à Bruxelles (Belgique)

Adjoint chargé des affaires statutaires dans une organisation européenne

Quelles sont vos nationalités et comment les avez-vous acquises?

Franco-polonais : je suis né en France d’un couple mixte. J’ai obtenu la nationalité polonaise par ma mère.

Que représente votre nationalité française?

Ma nationalité française, je ne considère pas l’avoir acquise par le sang, ou le sol mais grâce à l’éducation nationale. J’ai fait ma scolarité dans les écoles, collèges et lycées de la République française et ce ne sont pas les leçons sur Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou De Gaulle qui m’ont le plus marqué. C’est la devise « Liberté, égalité, fraternité » que j’ai le mieux imprimé à force de passer dessous chaque matin pendant 14 ans. Ma nationalité, ce n’est pas une histoire commune. A force de guerres et de massacres, cela fait longtemps que notre histoire est européenne. Et à force de colonisation, d’industrialisation et de réchauffement climatique, notre avenir est aujourd’hui mondialisé. Ma nationalité française, c’est ma capacité à concevoir le monde à travers trois mots : « Liberté, égalité, fraternité ».

Comment participez-vous au rapprochement entre vos deux nations?

Je m’efforce de briser les stéréotypes respectifs à mes deux nationalités. Aux Polonais qui pensent que les Français sont des couards qui lèvent le drapeau blanc au premier coup de feu, je réponds que la France est engagée sur plusieurs fronts, notamment un datant de 2003, l’Irak, que l’administration Bush et ses alliés polonais n’ont pas réussi à gérer. Aux Français, qui s’imaginent que la Pologne est un pays pauvre, je rappelle que ce pays a la plus forte croissance économique en Europe aujourd’hui. Aux polonais qui pensent que nous mangeons des cuisses de grenouilles et des escargots, je réponds que oui, et je les invite à goûter. J’ai emmené plusieurs groupes d’amis français visiter Auschwitz, je m’assure qu’ils retiennent que cet héritage, la Pologne ne l’a pas choisi mais elle l’a subi. J’ai aussi emmené des amis polonais sur la tombe de Frédéric Chopin et de Marie Curie-Skłodowska en leur expliquant que si de grand-e-s Français-es sont venus de Pologne, de grands Polonais pourraient très bien venir de Syrie ou d’Irak.

Quel est votre message pour les parlementaires ?

Et si vous investissiez dans l’éducation nationale au lieu de gribouiller la constitution? Rendez aux enseignants l’autorité et le respect qu’ils méritent, c’est eux qui se trouvent en première ligne de la lutte contre la radicalisation. Donnez les moyens aux élus locaux de représenter la République sur le terrain. Et rappelez-vous que les binationaux représentent la France à travers le monde.

Plus de portraits de binationaux:

Florence Baillon : franco-équatorienne

Sélim Ben Abdesselem : franco-tunisien

Yvette Chalom : franco-américaine, Berkeley

Jean-Philippe Cottin : franco-américain, San Francisco

Joël Le Déroff : franco-belge

Isabelle Gouni : franco-américaine, Seattle

Matthieu Hornung : franco-allemand

Mikel Orue : franco-vénézuelien-espagnol

Ramzi Sfeir : franco-palestienien-colombien-canadien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.